Une réforme des missions de l’expert-comptable depuis le 01 janvier 2012

Le présent cadre de référence s’applique aux experts-comptables depuis le 01 janvier 2012. Il définit la nature des différentes missions du professionnel de l’expertise comptable ainsi que les normes professionnelles de comportement et de travail applicables à ces missions.

Le professionnel de l’expertise comptable se doit de respecter pour toutes les missions entrant dans son champ de compétence les principes de comportement définis par le Code de déontologie des professionnels de l’expertise comptable, la norme relative à la maîtrise de la qualité des missions ainsi que les dispositions des normes professionnelles spécifiques applicables à chaque mission. Ces dernières définissent les diligences que le professionnel de l’expertise comptable doit mettre en œuvre afin d’atteindre les objectifs de la mission qui lui a été confiée.

Elles précisent également les modalités d’application de ces principes en apportant les explications et les informations complémentaires nécessaires à leur mise en œuvre.

Le cadre de référence distingue trois grandes natures de missions:

  • les missions normalisées qui donnent lieu à une expression d’assurance de la part du professionnel comptable;
  • les missions normalisées qui ne donnent pas lieu à une expression d’assurance ;
  • les autres missions et prestations non normalisées.

L’ expression d’assurance du professionnel de l’expertise comptable

L’expression d’une assurance (modérée ou raisonnable) par le professionnel de l’expertise comptable permet aux tiers utilisateurs des informations de l’entité d’être en mesure d’apprécier le degré de confiance à accorder à ces informations. La nature et le degré d’assurance obtenus sont liés à la nature et à l’étendue des diligences mises en œuvre ainsi qu’au résultat de celles-ci.

La mission de présentation de comptes

Cette mission, spécifique à la France, a pour objectif de permettre au professionnel de l’expertise comptable d’exprimer une assurance modérée sur la cohérence et la vraisemblance des comptes annuels.

En termes de diligences, cette mission s’appuie essentiellement sur:

  • les informations fournies par le chef d’entreprise,
  • la technique comptable du professionnel de l’expertise comptable pour participer à l’établissement des comptes annuels et s’assurer de la régularité en la forme de la comptabilité,
  • l’expérience professionnelle du professionnel de l’expertise comptable, sa connaissance de l’entité et de son environnement et la mise en œuvre de procédures analytiques destinées à apprécier la cohérence et la vraisemblance des comptes annuels pris dans leur ensemble.

La mission de présentation peut également porter sur des comptes intermédiaires.

La mission d’examen limité de comptes

Cette mission a pour objectif de permettre au professionnel de l’expertise comptable d’exprimer une assurance modérée sur la régularité et la sincérité des comptes ainsi que sur l’image fidèle donnée par ceux-ci du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l’entité à la fin de la période écoulée.

La mission d’examen limité est destinée à répondre aux besoins exprimés d’une assurance supérieure à celle résultant de l’exécution d’une mission de présentation telle que précédemment définie. La norme applicable à cette mission est conforme à la norme internationale d’examen limité.

En termes de diligences, la norme requiert :

  • une prise de connaissance approfondie de l’entité permettant l’identification des domaines et comptes sensibles,
  • une analyse des procédures relatives à l’organisation comptable,
  • une collecte des éléments probants reposant notamment sur les techniques suivantes : contrôle sur pièces approfondi, procédures analytiques, entretien avec la direction…

La mission d’examen limité peut porter sur des comptes annuels, des comptes consolidés ou des comptes intermédiaires.

La mission d’audit de comptes

Cette mission a pour objectif de permettre au professionnel de l’expertise comptable d’exprimer une assurance raisonnable portant sur la régularité, la sincérité des comptes et l’image fidèle donnée par ceux-ci du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l’entité à la fin de la période écoulée.

La mission d’audit de comptes est destinée à répondre aux besoins exprimés d’une assurance supérieure à celle résultant de l’exécution d’une mission d’examen limité telle que précédemment définie. Pour la mise en œuvre de cette mission, le professionnel de l’expertise comptable doit respecter les dispositions des nouvelles normes d’audit internationales clarifiées (ISAs) dontla transposition dans le référentiel normatif français est proposée.

En termes de diligences, la mission d’audit de comptes s’appuie essentiellement sur :

  • une prise de connaissance approfondie de l’entité;
  • l’appréciation des procédures de contrôle interne de l’entité;
  • la collecte d’éléments probants externes;
  • l’observation physique des actifs de l’entité;
  • la détermination d’un seuil de signification.

La mission d’audit de comptes peut porter sur des comptes annuels, intermédiaires ou consolidés.

Les missions d’assurance qui portent sur des informations autres que sur des comptes complets historiques

Ces missions font appel aux techniques d’examen limité ou d’audit selon le degré d’assurance attendu par l’entité ou par un tiers demandeur. Elles portent sur des informations financières ou non financières.

Elles comprennent :

  • les missions d’assurance sur des informations prévisionnelles, les procédures de contrôle interne, les informations environnementales et sociétales… ;
  • les attestations particulières délivrées par le professionnel de l’expertise comptable à la demande de l’entité.

Les demandes d’attestations particulières peuvent avoir une origine légale ou contractuelle ; elles portent le plus souvent sur des informations comptables et financières qui ne constituent pas des comptes complets historiques.

Ces attestations ont pour objectif, sur la base de contrôles appropriés à la nature de la demande formulée, d’attester les informations contenues dans un document établi par la direction de l’entité.

On peut citer par exemple :

  • les attestations sur les comptes de copropriété (origine contractuelle) ;
  • les attestations portant sur la régularité de la comptabilité des huissiers de justice (origine légale) ;
  • les attestations « ECOFOLIO » en application du Code de l’environnement (origine légale) ;

La mission de compilation de comptes

Cette mission est destinée aux entités qui entrent dans le périmètre de consolidation d’un groupe qui fait l’objet d’un audit, qui assure en interne la production de sa comptabilité et qui requiert en amont de la consolidation de ses comptes un travail de mise en forme des documents de synthèse de ses filiales dans le respect de la législation française.

Dans une mission de compilation, le professionnel de l’expertise comptable utilise ses compétences en vue de recueillir, classer et présenter la synthèse d’informations financières sous une forme compréhensible et exploitable sans être tenu par l’obligation de contrôler les déclarations sur lesquelles s’appuient ces informations.

Les procédures mises en œuvre ne permettant pas, et n’ayant pas pour objectif de permettre au professionnel de l’expertise comptable de donner une assurance quelconque sur les informations financières, cette mission s’inscrit parmi les missions sans expression d’assurance.

La mission de compilation de comptes peut porter sur des comptes annuels ou intermédiaires.

La mission d’examen d’informations sur la base de procédures convenues

Cette mission est destinée aux interventions qui portent sur une des parties des comptes annuels, comme par exemple l’examen de certaines rubriques de comptes complets historiques. Elle peut également porter sur un jeu complet de comptes lorsque tout ou partie des diligences requises par les normes de présentation, d’examen limité ou d’audit n’ont pas été appliquées.

L’objectif d’une mission d’examen d’informations sur la base de procédures convenues consiste pour le professionnel de l’expertise comptable, à mettre en œuvre des procédures définies d’un commun accord avec la direction de l’entité et éventuellement avec des tiers intéressés, et de communiquer dans un rapport écrit les procédures convenues mises en œuvre et les constats qui résultent de ces procédures.

Dès lors que le professionnel de l’expertise comptable ne rapporte que sur des constats, aucune assurance n’est exprimée dans son rapport. Il appartient aux destinataires du rapport d’apprécier les procédures et les constats du professionnel de l’expertise comptable et de tirer leurs propres conclusions à partir des travaux mis en œuvre par le professionnel de l’expertise comptable et de la nature de ses constats.

Les missions particulières sans assurance confiées au professionnel de l’expertise comptable par la loi ou le règlement

Il s’agit de missions particulières confiées par le législateur, comme par exemple l’intervention du professionnel de l’expertise comptable du comité d’entreprise, la mission portant sur les comptes de campagne des candidats aux élections. Ces missions ne donnent pas lieu à une expression d’assurance de la part du professionnel de l’expertise comptable.

Les autres missions ou prestations du professionnel de l’expertise comptable ne faisant pas l’objet d’une norme professionnelle spécifique

La diversité des besoins des entités laisse place à des missions ne faisant pas l’objet de norme spécifique. Ces missions, généralement mises en œuvre par le professionnel de l’expertise comptable à la demande de la direction de l’entité pour ses propres besoins, ne donnent pas lieu à l’expression d’une assurance. Elles sont régies par les dispositions du Code de déontologie des professionnels de l’expertise comptable, par la norme anti-blanchiment et par la norme de maîtrise de la qualité des missions au sein des structures d’exercice professionnel.

La contribution apportée par les membres de l’Ordre à l’exécution des obligations d’une entité cliente ou adhérente relève de cette catégorie d’interventions, que les obligations de cette entité soient de nature comptable, financière, juridique, fiscale, sociale ou autre.

Source : Ordre des experts-comptables